Une affiche pour exprimer sa citoyenneté

À l’occasion de l’année européenne de la citoyenneté, une activité d’expression a été proposée aux jeunes de 3 à 25 ans dans le cadre du projet « Affiche ta citoyenneté » du FIFF Campus et de Justice & Paix. Citoyen belge, citoyen européen, citoyen du monde ? Quel sentiment d’appartenance ressentent ces jeunes ? Et, plus qu’un statut juridique, parce que la citoyenneté, ça passe aussi par le cinéma !

Les jeunes et la citoyenneté européenne

Les droits qu’offre la citoyenneté européenne [1] sont parfois méconnus de sa population. Cette réalité provient sans doute du peu de proximité que l’Union européenne entretient avec ses citoyens, induisant parfois chez eux une légère indifférence. Dès lors, ses institutions semblent complexes, et la perception de l’influence des citoyens sur les décisions minime. L’Europe, au fait de son déficit de confiance et de liens avec ses citoyens, a pour projet de rendre le processus démocratique plus accessible, aux jeunes notamment, pour consolider leur sentiment d’appartenance.

L’impression de distance des citoyens vis-à-vis de l’Union européenne peut provenir du manque d’information en leur possession. Mais appartenir à l’Europe, c’est aussi aller à sa rencontre pour pouvoir faire valoir ses droits. Que ce soit au niveau national ou européen, la première étape de la compréhension de son statut de citoyen passe par la connaissance de ses droits, et ce peu importe l’âge que l’on a. Et le document de référence au niveau européen pour s’en enquérir est la Charte des droits fondamentaux. Ceux-ci s’appliquent à chacun, sans discrimination de sexe, d’origine nationale ou ethnique, de couleur, de religion… Adhérer à cette charte est un gage de plus de tolérance et de respect envers les autres. Notre atelier du FIFF Campus souhaitait recueillir le rapport des jeunes à la citoyenneté et interagir autour de l’ancrage de cette condition au quotidien, notamment dans la relation à autrui.

Un atelier de création d’affiches

Questionner sa citoyenneté s’inscrit parfaitement dans le cadre d’un festival de cinéma. La démarche proposée entend stimuler la réflexion citoyenne par l’éducation aux médias. Celle-ci prend place au FIFF Campus, à savoir le FIFF des jeunes. C’est la possibilité pour eux de développer leur sens critique face au flot d’images dont ils sont inondés aujourd’hui. Il s’agit d’une éducation à l’image et par l’image. Cette année, le FIFF Campus et Justice & Paix invitent les jeunes à créer par groupe une affiche qui respecte les codes graphiques d’une affiche de cinéma mais qui porte sur un thème citoyen. Deux questions méritent d’être explorées : le thème citoyen et les codes de l’affiche de cinéma. L’animation débute par un échange collectif sur le sens du mot « citoyen ». Les réponses affluent : « c’est une personne qui vit dans une ville, en Belgique, dans le monde ! C’est nous. C’est avoir des droits et des devoirs… ». L’intérêt des élèves est piqué, ils sentent que ça les concerne. Nous parvenons à des acceptions partagées du mot. Nous ne sommes pas seulement citoyens de la Belgique, mais plus globalement, de l’Europe et même du monde. Tout le monde est donc citoyen de quelque part, ne serait-ce que par son existence sur cette planète. Et donc, tout citoyen possède des droits et des devoirs, à partir du moment où il sent son intégrité respectée par l’Etat censé le protéger. Cette définition de base est validée. « Mais, avoir un comportement citoyen, c’est quoi ? ». Selon les âges, les réactions vont de la bienveillance envers autrui à un engagement plus franc en faveur de l’intérêt général.

Citoyenneté et médias

Une attitude de recul passant par l’appropriation des langages médiatiques est essentielle pour le jeune. L’éducation à la citoyenneté active est directement liée à l’éducation critique aux médias. Être un citoyen investi dans la vie sociale, c’est aussi comprendre le rôle et le pouvoir des médias sur les comportements des citoyens. C’est également être capable de les utiliser de manière responsable et créative en faveur du respect et de l’égalité des droits de chacun.

L’atelier se prolonge ainsi avec la partie « éducation aux médias ». Les participants sont amenés à découvrir les différents types d’affiche existant et leur sens caché. Campagne de sensibilisation, publicité, affiche de propagande, où se range l’affiche de film ? Au terme de l’analyse approfondie d’une affiche, le jeune comprend la proximité entre la publicité et l’affiche de film.

À partir de ce point, de nouvelles pistes de réflexion émergent. Suis-je vraiment libre de mes choix par rapport aux images ? À quel point suis-je conditionné par les médias qui m’entourent ? Quel est le pouvoir des images sur mon quotidien ? Auprès de jeunes baignés dans un environnement d’images permanentes, l’éducation critique à leur contact est indispensable.

La place majeure qu’occupent les médias auprès des jeunes pose question. Devant ce vaste espace médiatique, la réflexion critique n’est pas toujours bien construite ni exhaustive. Pourtant, l’enjeu est énorme. Jamais une époque n’a connu des médias s’installer à ce point au cœur de la vie des gens. Réseaux sociaux, téléréalité, Internet, les jeunes, en manque de point de comparaison, ont tendance naturellement à percevoir cette occupation comme normale. Mais les dérives sont fréquentes et la frontière avec le respect de la vie privée mise à mal. Les limites floues séparant les différentes scènes sociales peuvent entraîner des situations de rupture qui peuvent causer des dégâts importants, surtout quand elles touchent à l’estime de soi et à l’intimité.

Quel engagement pour les jeunes ?

Le cœur de l’atelier voit les jeunes chercher le sujet citoyen qui constituera la base de leur affiche. Les messages sont variés et originaux. Les jeunes, adoptant la posture de concepteurs d’affiches, réfléchissent aux stratégies de mise en valeur de leur contenu. Au vu de l’engouement pour le projet (plus de 350 affiches), nous espérons que notre activité fera office de tremplin vers des engagements futurs. Le travail sur la citoyenneté ne doit pas s’arrêter là mais trouver sa place au sein des écoles pour essaimer en dehors.

L’atelier « Affiche ta citoyenneté » nous a convaincus de la synergie porteuse existant entre médias et citoyenneté. De nombreuses initiatives à destination des jeunes exploitent ce potentiel. Une illustration de l’appropriation responsable des médias par les jeunes est l’initiative MAGMA. MAGMA, MAGazine Mixité Altérité, c’est un magazine diffusé sur Internet qui se veut être un espace de dialogue et de rencontre de personnes d’horizons culturels et sociaux différents. Au niveau européen, un programme intitulé Jeunesse pour l’Europe a été mis en place. Le programme comprend différentes activités dont des échanges entre jeunes de différents pays et couches sociales. Des associations comme Média Animation ou ACMJplacent aussi la citoyenneté au cœur de leur éducation aux médias.

La réflexion citoyenne doit se poursuivre en dehors d’un atelier comme celui du FIFF et prendre place en classe à travers des actions concrètes. Dans le monde globalisé d’aujourd’hui, où le manque de références engendre des replis identitaires fréquents, les jeunes doivent cultiver cette citoyenneté mondiale en tant que facteur de paix. Faire preuve d’une citoyenneté active doit rester un choix, mais nous sommes persuadés que chacun, à son échelle, peut contribuer à un monde plus harmonieux.

Géraldine Duquenne

partager par email