Les groupes de travail de Justice et Paix

Les groupes de travail de Justice et Paix

Le volontariat est au cœur du projet de l’éducation permanente chez Justice et Paix. Nous proposons différents espaces d’échanges d’idées et d’engagement solidaire pour toute personne souhaitant agir en faveur du bien commun. 

Qui sommes Nous ?​

Justice et Paix est une ONG et organisation d’éducation permanente qui sensibilise et interpelle les citoyen·ne·s, les responsables politiques et les acteur·rice·s éducatifs sur les questions de conflits, de démocratie et d’environnement.

Notre action se concentre sur la promotion des droits humains et de la justice, en tant que facteurs d’une paix et d’un développement durables. 

La prévention et la gestion des situations de conflit et d’après conflit se trouvent au cœur de notre travail.

Notre analyse trouve son origine dans les réalités sociales vécues chaque jour par des populations des pays du Nord et du Sud. Elle se fonde sur une étude des conflits et des enjeux internationaux, menée en collaboration étroite avec des acteurs locaux.

Nos actions de plaidoyer sont adressées aux responsables politiques et économiques. Elles sont élaborées en collaboration avec un vaste réseau pluraliste d’associations de la société civile.

Nos activités de sensibilisation visent à conscientiser les citoyen·ne·s et à les encourager à devenir des acteurs et actrices de paix et de justice.

Nos groupes de travail

Ce groupe est composé de membres passionnés par les enjeux de
l’éducation, actifs au sein du monde scolaire et en éducation permanente.
Il contribue aux choix d’orientation de notre offre pédagogique
(animations, formations, outils pédagogiques) et engage des réflexions de
fond sur les défis actuels de l’éducation.

Aussi appelé « GÉthÉcoPol », ce groupe de travail est composé de
citoyen·ne·s bénévoles. Ceux-ci mènent une réflexion éthique sur les
enjeux économiques et politiques mondiaux actuels. Ces échanges
touchent aussi bien la justice et fiscale que le modèle démocratique.

Le groupe Afrique Centrale (Bruxelles et Liège) se réunit régulièrement
pour échanger et débattre sur des sujets liés au contexte social, politique,
environnemental et économique du Burundi et de la RD Congo. Il regroupe
des citoyen·ne·s, des personnes du secteur associatif, de l’église, des
belges, congolais et burundais de tous les âges. Bref, un groupe riche,
divers et dynamique !

La transition écologique, énergétique et sociale qui s’impose de façon urgente à nos sociétés repose sur une transformation profonde de notre rapport à la technique. La démarche « Low Tech », popularisée par Philippe Bihouix, propose de repenser en profondeur la conception et la production des objets techniques nécessaires à notre existence, afin d’utiliser le moins possible de ressources non renouvelables. Il s’agit également d’une aspiration à un mode de vie plus simplifié et à une plus grande autonomie des citoyens sur leur propre vie.

Le groupe Low-Tech travaille sur la création d’un plaidoyer au près des instances politiques belges et tend à renforcer le réseau d’alternatives de transition.

Ce comité participe à la réalisation du Pour Parler de Paix, la revue trimestrielle d’analyse
des conflits et des enjeux de paix. Les membres du groupe échangent ensemble leurs
idées, confrontent leurs points de vue, et ensuite se lancent dans l’écriture ou le dessin.

Ce groupe d’amateur·ice·s de littérature se réunit chaque année autour de 3 romans centrés sur une thématique traitée par Justice et Paix. Ils échangent sur leurs impressions et sur la thématique, confrontent leurs points de vue et s’enrichissent du regard des autres. Une manière conviviale et originale de réfléchir à des enjeux de société et de se les approprier.

Le « GroupAl » est un groupe de réflexion, de sensibilisation et d’action sur des problématiques rencontrées dans différents pays d’Amérique latine, dont le Pérou. Ses membres cherchent à rendre visibles les situations conflictuelles d’Amérique latine liées aux ressources naturelles, à faire des ponts avec les défis de nos sociétés occidentales et à proposer des alternatives.