Minerais de sang, quel impact au Nord et au Sud ?

Conférence – débat

Évenements à venir

Il existe un contraste criant entre les richesses immenses du sous-sol en RD Congo et la pauvreté de la population civile. Comment peut-on l’expliquer ? Comment agir, tant au Nord qu’au Sud, face à cette situation ?


En RD Congo, la population est coincée entre la malversation des dirigeants locaux et la répression de la contestation politique par un président qui s’accroche au pouvoir dans le mépris de la constitution et des accords internationaux. Dans ce contexte, l’action des groupes armés, qui continuent à faire ravage, s’alimente grâce à l’exploitation de l’extraction minière, en perpétuant conflits et exactions. L’activité extractive, qui pourrait pourtant bénéficier à la population, est aussi l’objet de convoitise par des firmes multinationales qui profitent de la mauvaise gestion des ressources naturelles par les pouvoirs locaux.

Au niveau européen, nos dirigeants viennent de voter un texte très peu audacieux sur le fait de l’approvisionnement en « minerais de conflits » : les entreprises qui collaborent de manière directe ou indirecte à la survie des groupes armées ne se verront imposer aucun devoir de transparence au sujet de l’origine des minerais importés dans l’Union européenne. Dans ce contexte, quelle est notre marge de manouvre tant au niveau local qu’international ?
La Commission régionale Justice et Paix du Brabant Wallon vous invite à discuter de ces thématique en présence de

  • Vincent Georis, journaliste à l’Echo, spécialisé en questions internationales
  • Nicolas Van Nuffel, responsable du plaidoyer au CNCD-11.11.11.
  • Denis Kialuta, président de la commission Justice et Paix du Brabant wallon

Modération par Axelle Fischer, secrétaire générale de Justice et Paix.

Infos pratiques :

  • Date : jeudi 18 mai 2017
  • Horaire : 19h-21h
  • Personne de contact : Porzia Stella
  • Numéro de téléphone : 02/738 08 01
  • Adresse : Louvain-la-Neuve (salle à définir)
partager par email