L’UE respectera-t-elle la souveraineté des pays tiers riches en ressources naturelles ?

Dans un article d’opinion publié par la Libre Belgique le 17 avril dernier, le Réseau Belge Ressources Naturelles (RBRN1) pointait les risques que représente, pour la souveraineté du développement des pays riches en ressources naturelles, l’« Initiative sur les Matières Premières » (IMP) de la Commission européenne. Pour rappel, cette IMP traite notamment de la politique d’approvisionnement en minerais « stratégiques » pour la croissance européenne.

Le 13 septembre dernier, le Parlement européen a adopté un rapport évaluant un texte de la Commission de février 2010 réactualisant l’IMP, notamment sur les aspects « durable et équitable » de l’approvisionnement dans les pays tiers. En effet, les députés européens ne manquent pas de rappeler que « dans de nombreux pays en voie de développement (PVD), l’exploitation des ressources naturelles n’est pas entreprise dans l’intérêt de la population en raison de régimes non démocratiques, de fraudes, de corruption ou de conflits armés ».

Nous pouvons regretter que le Parlement ne mette pas fondamentalement en question l’orientation très « libre commerce » et le recours renforcé à une « diplomatie des ressources » prônés par la Commission européenne – notamment en vue de répondre à l’expansion de l’influence chinoise sur le marché des matières premières. Toutefois, bon nombre de propositions avancées dans ce rapport semblent aller dans le sens d’un rééquilibrage des échanges commerciaux entre l’UE et les pays producteurs les plus fragiles, ainsi qu’une atténuation des impacts négatifs en matières de gouvernance économique, de pauvreté, d’environnement, de paix et de respect des droits humains.

partager par email