RD Congo – Code minier révisé, nouvelle gouvernance nationale et COVID-19 : Entre aspirations et réalités

En marge de la 45ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, des réprésentant·e·s d’organisations issues de la République démocratique du Congo (RDC) ont questionné, lors d’un webinaire organisé par 5 organisations de la société civile européenne, l’effectivité de la mise en œuvre du Code minier révisé et de ses impacts sur les droits humains des populations locales, y compris dans le contexte lié à la COVID-19.

L’abondance des ressources naturelles en République démocratique du Congo (RDC) et la pauvreté économique de la population vivant dans les zones minières continuent de représenter un paradoxe. Adopté en mars 2018, le nouveau Code minier a le potentiel d’endiguer ce fléau. Or, sa mise en oeuvre est-elle effective à ce jour ? Des représentant·e·s d’organisations locales travaillant sur les droits humains dans le secteur minier ont tenté de répondre à la question tout en dressant le bilan de la situation actuelle.

« Le principal problème dans la mise en oeuvre du règlement demeure l’ignorance », selon Gilbert Dhego de la Commission Justice & Paix de Goma, dû en partie à « l’insuffisance de la vulgarisation du nouveau code et une gouvernance locale défaillante ». « S’ajoute une application limitée des dispositions relatives au développement local, pourtant une des dispositions les plus innovantes du nouveau Code », selon Fabien Mayani du Centre Carter, « et peu d’intérêt est accordé aux questions de droits humains ». Face à ce constat, des voix issues de la société civile congolaise se sont levées pour réclamer l’application effective du Code minier révisé, incluant notamment une meilleure distribution des richesses provenant de l’exploitation minière au bénéfice des communautés locales.

La forte participation à l’événement - plus de 100 personnes issues des milieux associatif, gouvernemental et onusien - démontre à quel point la mise en oeuvre du Code minier révisé en RDC continue d’être un enjeu majeur. Les organisateurs s’engagent à exposer au Conseil des droits de l’homme les principales conclusions tirées du webinaire afin de démontrer à la communauté internationale qu’il est fondamental d’encourager la RDC à améliorer la bonne gouvernance dans le secteur minier.

Ce webinaire avait pour objectif de sensibiliser les États sur les conséquences de la mise en oeuvre défaillante du Code minier réformé sur les droits humains en RDC en amont de la discussion autour du point 10 à l’agenda de la 45ème session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Il a été organisé par les ONG Franciscans International, la Commission Justice et Paix, le Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) et Dominicans for Justice and Peace en collaboration avec les partenaires locaux.

Visionner le webinaire (anglais)

Contact
Mickaël REPELLIN Coordonnateur du programme Afrique, Franciscans International
M.Repellin franciscansinternational.org
Tel. +41 (0)22 779 4010
Mob. +41 (0)76 468 6791
partager par email