Le « délit de solidarité » : un paradoxe dans une Europe des droits de l’Homme

En 2007, un ressortissant français est jugé et condamné à une amende pour avoir hébergé sa fille et son mari à son domicile, en raison du fait que ce dernier était en situation irrégulière depuis six mois. Des actes de solidarité envers les migrants en situation illégale, une infraction à la loi ? Des rumeurs courent selon lesquelles tout individu venant en aide à un étranger en situation illégale encourt une peine de prison. Est-ce croyable ?

partager par email