CAMILO & DAMIAN, JEUNES COLOMBIENS

Camilo et Damian sont 2 jeunes colombiens, ayant la particularité tous deux, d’avoir été amenés à travailler très jeunes.

Camilo a débuté le travail à l’âge de 6 ans dans le secteur agricole, des fonctions éprouvantes physiquement telles que la gestion du bétail et la plantation de café et de canne à sucre.

Damian a lui, été exposé au travail à l’âge de 7 ans, d’abord maraîcher, ensuite vendeur de chaussures.

Ces 2 jeunes adultes, confrontés rapidement au marché du travail dans leur enfance, en raison de contraintes sociales et/ou politiques, collaborent aujourd’hui au sein de la Fondation « Grandir Unis ». À travers leur témoignage respectif, ils souhaitent exprimer l’apport humain, social et professionnel que leur a conféré le fait d’être d’exposé si jeunes au travail.

Contextuellement, en dépit d’évolutions politiques et sociales notoires, la Colombie reste un pays sous-développé, instable politiquement, et surtout en proie à un des taux d’inégalités les plus importants en Amérique latine et dans le monde. C’est cette situation précaire qui a prématurément amené Camilo et Damian sur le marché du travail.

Pouvez-vous présenter votre organisation ?

Les 2 jeunes adultes insistent sur le fait que l’objectif de la fondation n’est pas de retirer les enfants de leur travail mais plutôt de s’assurer qu’ils l’exercent avec dignité et dans le respect des normes juridiques, principalement les droits de l’enfant.
La fondation a fait le constat que les jeunes (enfants et adolescents) ne sont pas intégrés dans les politiques publiques colombiennes

Portez-vous un projet en particulier ?

Camillo et Damian soutiennent la viabilité de leur initiative par le fait que les enfants ont pu prendre conscience de leurs droits, les défendre et les promouvoir au-delà de leur frontières (notamment en Europe) et enfin être en mesure de façonner un instrument de protection de leurs droits.

De quel autre monde rêvez-vous et comment parvenir à la construire ?

"Le monde idéal est un monde égal. Cela semble fou et impossible à réaliser, mais pour moi on n’en est pas loin".

La prise de conscience des droits, de la situation politique et sociale, du monde qui les entoure, semblent être les clés de l’amélioration du sort des enfants travailleurs, au niveau local, régional et international. Camillo et Damian encouragent l’initiative citoyenne et l’intérêt personnel pour la politique que les enfants travailleurs doivent développer, pour vivre dignement et s’émanciper.

partager par email