L’impunité en RD Congo est-elle une fatalité? Pistes de réflexion pour dépasser l’incompatibilité entre les lois d’amnistie et la justice

Partant du constat qu’en RD Congo, malgré les accords de paix signés depuis 1998, le pays connaît toujours la violence, spécialement à l’Est, deux questions m’ont été posées. La première concerne les auteurs de ces violences graves, que d’aucuns qualifient de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité : jusqu’à quel point ces personnes sont protégées par les lois d’amnistie votées par le Congo, notamment lors de la Conférence de Goma ? Le fait que certaines d’entre elles aient été portées au pouvoir lors des élections de 2006 les protègent-elles définitivement de toute poursuite ? La seconde question porte, elle, sur les victimes : pourront-elles obtenir une quelconque forme de justice et de réparation ? Pour le dire en quelques mots : le Congo est-il condamné à subir l’impunité ?

Documents joints

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur print
Print
Partager sur email
Email

Dans l'actualité

Restez informé·e·s

Inscrivez-vous à notre newsletter en ligne et recevez une information mensuelle complète.

Engagez-vous à nos côtés !

Inscrivez-vous!

Complétez ce formulaire et nous nous ferons un plaisir de vous envoyer chaque mois les dernières actualités de Justice et Paix.