NELLY TORRES , militante chez MANTHOC

Nelly Torres, péruvienne de naissance et professeure de sciences sociales de formation, travaille ici, en Belgique, pour l’association BelgicaNNATs. Il s’agit d’un comité de solidarité européen en lien avec le mouvement mondial des enfants travailleurs.

En effet, Nelly Torres s’inscrit dans une dynamique du militantisme et ce, depuis sa tendre adolescence. Issue d’une famille ouvrière et chrétienne, Nelly a rapidement pris conscience des problématiques sociales qui l’entouraient et a rapidement intégré des organisations locales de solidarité. Elle se met à œuvrer pour MANTHOC, le mouvement des adolescents et des enfants travailleurs fils d’ouvriers chrétiens.

Pouvez-vous présenter votre organisation MANTHOC ?

MANTHOC, est devenue la 1ère organisation d’Amérique Latine reconnue d’enfants travailleurs fils et filles d’ouvriers chrétiens. En outre, en 1996, un mouvement davantage régional et inclusif, le MNNATSOP, se met en place, permettant une coordination régionale (Amérique Latine) plus limpide des mouvements relatifs au travail des enfants et adolescents.

Aujourd’hui, Nelly tend à faire rayonner ce mouvement en Europe, à commencer par la Belgique où elle souhaite donner de la visibilité à ses projets de solidarité.

Nelly Torres observe aujourd’hui, une prise de conscience massive en Amérique latine, avec une évolution au niveau du sort réservé à de nombreux jeunes issus de la classe populaire. Si tout n’est pas parfait, un éveil concret des consciences est à souligner.

Quels sont les résultats de ces projets ? ?

Les associations de défense des enfants travailleurs demandent un changement de la législation internationale pour que les droits sociaux de ces enfants soient protégés (négociation, participation, etc). L’Organisation Internationale du Travail est très réticente à cette idée. Les associations souhaitent que le travail soit reconnu et que l’on prenne en main leur situation de misère. 400 millions d’enfants travaillent dans le monde. La vision occidentale nie cette réalité. BelgicaNNATS souhaite que les jeunes soient reconnus comme protagonistes de la société. Pour certains enfants, travailler leur permet d’aller à l’école.

Quelle serait une alternative au modèle économique dominant ?
Avez-vous un conseil à donner aux jeunes ?

partager par email