Paysannes et souveraineté alimentaire : quels enjeux ?

Aux yeux du monde politique et associatif, l’importance du rôle des femmes dans la sécurité alimentaire des familles au Sud n’est plus à démontrer.
Cependant, les femmes bénéficient généralement de moindres droits en cette matière par rapport aux hommes (comme par exemple l’accès et le contrôle de la terre, ou encore la sécurité de la garder, l’accès aux moyens de production
etc.).

Recommandations : Paysannes et souveraineté alimentaire

Au sein des familles, elles ne bénéficient pas nécessairement de la même qualité nutritionnelle que les hommes : soit la nourriture n’est pas distribuée équitablement, soit des tabous alimentaires limitent fortement l’accès des femmes (notamment la femme enceinte) à certains aliments de haute valeur alimentaire.

Face à ces difficultés, force est de constater que peu de changements sont réels sur le terrain, principalement en raison d’un manque de soutien aux stratégies de souveraineté alimentaire en général, et à celles voulues par les agricultrices en particulier.

Aussi, nous proposons une série de recommandations que nous espérons voir appuyées et relayées au sein des politiques mises en oeuvre par les différents niveaux de pouvoir belges mettant en place ou soutenant des projets de coopération internationale.

Recommandations ( 404.6 ko)

partager par email