EurAc et AETA s’inquiètent du potentiel de violence dans le processus électoral en RDC

Bruxelles, 16 septembre 2011.
EurAc, le réseau des ONG européennes pour le plaidoyer sur l’Afrique Centrale dont Justice et Paix fait partie, observe avec beaucoup d’inquiétude la dégradation de la situation sécuritaire et l’augmentation de la violence dans cette période pré-électorale en RDC.

Ceci a été bien visible dans la chaîne d’événements des lundi 5 et mardi 6 septembre 2011.

En effet, le bureau du PPRD à Kalamu a été endommagé le 5 septembre à 17h au cours des affrontements entre des militants du PPRD et ceux de l’UDPS. Dans une action punitive vers 2 heures dans la nuit du 5 au 6 septembre, une chaîne de télévision appartenant à un membre de l’opposition et le siège de l’UDPS ont été incendiés par des personnes armées non autrement identifiées. Lors des protestations de rue du 6 septembre de l’UDPS, une personne a été tuée et plusieurs autres ont été blessées.

La plate-forme AETA (Agir pour les élections transparentes et apaisées, plate-forme de la société civile) a immédiatement condamné cette violence et toute tentative d’instrumentaliser des jeunes susceptibles de provoquer des explosions sociales. Elle appelle tous les partis politiques à la non-violence et au respect des principes inhérents aux élections démocratiques, libres, transparentes et apaisées.

EurAc et ses organisations-membres collaborent avec AETA, entre autres pour l’organisation d’une bonne éducation civique et l’envoi d’une mission d’observation électorale indépendante comme conditions pour un processus électoral crédible. EurAc et ses membres soutiennent et renforcent la déclaration d’AETA que vous trouverez ci-jointe.

EurAc demande à l’Union européenne et ses Etats-membres de :

a. Exercer une pression réelle sur les autorités congolaises et sur tout acteur clef dans le processus électoral pour garantir que le peuple congolais puisse faire son choix et exprimer sa volonté dans un déroulement réellement libre et transparent du cycle électoral complet (jusqu’au niveau local).

b. Exercer une pression réelle sur les autorités congolaises et sur les autres acteurs clefs pour le respect du choix des urnes

c. S’investir dans la sécurisation des élections et dénoncer chaque recours à la violence et tout acte d’instrumentalisation du désespoir des couches défavorisées de la population

d. Soutenir la création d’un dialogue permanent entre tous les acteurs impliqués dans les élections congolaises afin de contribuer à l’apaisement du climat actuel de violence.

- Contact :

Kris Berwouts, Directeur EurAc.
Rue des tanneurs 165 à 1000 Bruxelles.
Tel mobile : +32 485 070 852

( 516.1 ko)
partager par email