Commerce des «diamants de sang»: la responsabilité de la Belgique à nouveau pointée

b9719933781z.1_20190613203152_000_g35drfqrf.1-0.jpg

La Belgique représente à l’heure actuelle une plaque tournante internationale majeure, avec 84% de la production mondiale totale de diamants bruts et 50% de tous les diamants polis qui passent par Anvers.

Justice et Paix a à nouveau pointé jeudi la responsabilité de la Belgique dans le commerce des «diamants de sang». A l’approche d’une nouvelle réunion du Processus de Kimberley, un mécanisme de certification international visant à endiguer ce commerce, l’ONG belge publie un nouveau rapport dénonçant toutes les limites de ce mécanisme censé mettre fin aux «diamants de conflits». b9719933781z.1_20190613203152_000_g35drfqrf.1-0.jpg A lire sur le site de la Libre

Documents joints

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur print
Print
Partager sur email
Email

Dans l'actualité

Restez informé·e·s

Inscrivez-vous à notre newsletter en ligne et recevez une information mensuelle complète.

Engagez-vous à nos côtés !

Inscrivez-vous!

Complétez ce formulaire et nous nous ferons un plaisir de vous envoyer chaque mois les dernières actualités de Justice et Paix.