Trafic d’armes et insécurité à l’Est de la RD Congo. Le rôle des ressources naturelles

Plus de 300 000 armes à feu sont détenues par des civils à l’est du Congo. Voilà ce qu’affirme une enquête de terrain sur les armes légères publiée récemment par le GRIP, le BICC et le PNUD/RDC1 Sans compter toutes les armes détenues par les groupes armés congolais et étrangers, les FARDC2 et les soldats de la MONUSCO3. On comprend dès lors pourquoi l’insécurité règne depuis des années dans cette région du pays. Comment la population et les groupes armés se procurent-ils ces armes ? Avec quel financement ? Cette même enquête nous confirme une pratique bien connue : après l’argent, les minerais seraient le deuxième mode de paiement des armes dans la région4. Retour sur un phénomène qui n’est pas neuf mais qui continue pourtant à faire un nombre considérable de victimes dans une région où la guerre a officiellement pris fin en 2003.

partager par email