RAQUEL YRIGOYEN FAJARDO – Instituto Internacional de Derecho y Sociedad

Raquel Yrigoyen Fajardo est une avocate péruvienne, experte en droits humains, droits des peuples indigènes et droits des femmes.

Elle est l’une des membres fondatrices de l’Institut International de Droit et Société (IIDS), une association composée d’académiciens et académiciennes du Pérou et de l’international. Le IIDS développe des thèmes touchant au droit des peuples indigènes ainsi que des réflexions plus globales avec pour perspective la transformation de la société et du droit et la promotion des droits humains, du droit international humanitaire, du pluralisme juridique, de la démocratie, du dialogue interculturel, etc.

Raquel Yrigoyen s’engage très tôt dans la défense des droits humains. Face aux injustices et aux problèmes qu’elle rencontre, elle se demande comment elle peut agir. Pour elle, la recherche scientifique a été la réponse à cette question. Il est, selon elle, primordial de travailler main dans la main avec les peuples indigènes, les étudiants, la société civile, la communauté scientifique, les Etats, etc. pour rendre les droits existant effectifs.

Raquel Yrigoyen s’engage très tôt dans la défense des droits humains. Face aux injustices et aux problèmes qu’elle rencontre, elle se demande comment elle peut agir. Pour elle, la recherche scientifique a été la réponse à cette question.
Elle nous raconte qu’elle a été confrontée au cas de paysans qui étaient poursuivis par la justice parce qu’ils exerçaient la justice dans leurs communautés. La Constitution péruvienne de l’époque stipulait que seul le pouvoir judiciaire pouvait exercer la justice. En se tournant vers l’anthropologie et la sociologie juridique, elle comprend qu’il existe une pluralité de systèmes juridiques qui ne sont pas reconnus par la Constitution. A partir de cette réflexion se forme une « table de pluralisme », composée de membres de communautés indigènes, de juristes, d’académiciens, d’étudiants, etc., où l’on se réunit pour tenter de trouver une solution à la persécution des paysans qui exerçaient leur justice.

La proposition a en effet été intégrée à la Constitution et se trouve aujourd’hui dans l’article 149 qui stipule que les autorités des Communautés paysannes et autochtones peuvent exercer les fonctions juridictionnelles au sein de leurs territoires conformément au droit coutumier, pour autant que celui-ci ne viole pas les droits humains fondamentaux.

De cette expérience, Raquel Yrigoyen retient l’importance d’articuler les différents acteurs, permettant ainsi de trouver une solution unique aux problèmes de la réalité en conjuguant la réponse académique à l’action politique.

partager par email